Dans le domaine de l’environnement, le changement climatique fait partie des points les plus importants pour chaque pays. Aussi, le passage des diverses crues centenaires peut faire vaciller l’économie du pays comme avec la crue de la Seine en 1958. Or, ce genre d’incident naturel est dû à plusieurs raisons facteurs souvent causées par l’homme lui-même.

Les conséquences d’un changement climatique

Comme dans la plupart des pays, un changement climatique peut entrainer des conséquences graves. Dans ce contexte, on peut parler des répercussions sur la santé ainsi que sur l’agriculture affectant directement son économie. Cette hypothèse a déjà été prouvée lors de la crue de la Seine en 1910 où le total des dégâts s’était élevé à 1,6 million d’euros. Très récemment, cette dernière a encore pris Paris en atteignant son pic à 5,84 mètres dans la nuit du 28 au 29 janvier. Certes, les chiffres sont loin de celui de 1910, mais les conséquences néfastes sont toujours bel et bien présentes.

En réalité, les causes de la dernière crue sont essentiellement dues à un hiver très humide du mois de décembre jusqu’au mois de janvier. En même temps, la pluie était beaucoup plus abondante par rapport à la normale. Ainsi, l’économie du pays a été épargnée suite à cette crue qui semblait pourtant être menaçante. En outre, la végétation n’a pas été une victime à trop déplorer, ce qui n’est pas sans plaire.

Les faiblesses de Paris

Quel que soit le changement climatique, les crues engendrent toujours des dégâts importants dans une ville équivalente à celle de Paris. Aussi, le service responsable du réseau dans la ville est le premier responsable des inondations. Dans l’exemple, en raison de la situation des usines en bordure des fleuves, près de 10 000 logements ont été privés d’eau chaude suite à la crue de juin 2016.

Dans ce même contexte, on retrouve aussi plus de 107 000 logements situés dans les zones inondables de Paris. Notons que plusieurs bâtiments longent la Seine à Paris actuellement. Alors, une crue centennale équivalente à celle de 1910 pourrait engendrer des pertes pouvant aller jusqu’à 60 milliards d’euros avec la menace de plusieurs emplois. Heureusement, la ville a déjà envisagé de renforcer sa compétence à prévenir, réagir et surmonter ce genre de crise.

Stratégie globale pour anticiper les inondations

Paris fait partie des villes les plus susceptibles d’être touchées par des inondations d’une grande ampleur. Ce qui impacte obligatoirement sur le plan social et économique. Afin d’y remédier, l’état a mis en œuvre plusieurs directives afin d’apaiser ce type de dégât. Cette stratégie se passe en 3 étapes successives et précises. Le plan a déjà commencé en 2011, la première étape consistant à recenser les événements historiques qui ont marqué la France depuis la première crue.

Ensuite, on retrouve l’élaboration des plans des surfaces inondables pour prévenir les risques antérieurs. Pour finir, l’étape la plus importante est celle de la gestion des risques. Celle-ci est fondée principalement sur les résultats des deux premières étapes. Dans le domaine financier, les fonds de prévention pour les risques naturels jouent un rôle important dans la dernière démarche.